Home News au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île »

au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île »

by News7
au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île »



Dix jours après le tremblement de terre de magnitude 7,6 dans la péninsule de Noto (département d’Ishikawa, côte ouest du Japon), les secours travaillent toujours à retrouver les derniers disparus – soit 52 à la date du 10 janvier – dans les décombres des maisons effondrées. Pompiers, policiers, militaires et volontaires, ignorant les critiques adressées à un gouvernement jugé lent à réagir, évoluent dans une masse informe de gravats trempés de pluie, couverts de neige et balayés par un vent glacial, sous la menace des répliques – on en compte 1 219 depuis le séisme principal. Le bilan provisoire est de 206 morts, dont un enfant de 5 ans. La douleur est d’autant plus vive que le séisme, survenu le 1er janvier, a bouleversé le moment le plus précieux des Japonais. Le shogatsu est ce début d’année qui les voit s’accorder une pause, se retrouver en famille en savourant la cuisine osechi, spécialement confectionnée pour le Nouvel An, et prier au temple pour une bonne année. Dans Noto, où près de 40 % des habitants ont plus de 65 ans, ce moment signifiait des retrouvailles avec des enfants et des petits-enfants venus de tout l’Archipel. Ces réjouissances ont viré à la tragédie. Comme pour apaiser les divinités en ce début d’année du dragon, le Musée du théâtre nô de Kanazawa, au sud de la péninsule, a maintenu, le 7 janvier, la traditionnelle représentation d’Okina, la pièce la plus ancienne et s’apparentant le plus à un rite religieux. « Cette année, la représentation prend un sens particulier. A Noto, les gens manquent de tout. Il n’y a pas de communication, les routes sont coupées. C’est comme si la péninsule était devenue une île », souligne Maiko Yamauchi, conservatrice du musée. Destruction du réseau d’eau Une impression sensible sur cette langue de terre réputée pour ses produits de la mer, son saké et son artisanat de la laque. L’accès à Noto se fait par un nombre limité de routes crevassées traversant des paysages de montagne placés par l’Agence météorologique du Japon (JMA) en alerte rouge aux glissements de terrain. La plupart des maisons du quartier d’Ukai, dans la ville de Suzu (Japon), ont été détruites. C’est l’une des zones les plus touchées par le tsunami et les tremblements de terre. Ici, le 9 janvier 2024. La plupart des maisons du quartier d’Ukai, dans la ville de Suzu (Japon), ont été détruites. C’est l’une des zones les plus touchées par le tsunami et les tremblements de terre. Ici, le 9 janvier 2024. NORIKO TAKASUGI / JAPANPLATFORM POUR « LE MONDE » Les 28 301 évacués et les survivants souffrent de la destruction du réseau d’eau – 35 000 foyers en sont privés –, de conditions d’hygiène précaires et d’une aide délivrée au compte-gouttes. La situation va en s’aggravant à mesure de la progression vers le nord et l’hypocentre du séisme, à l’extrême pointe de la péninsule. Suzu en est la ville la plus proche. Elle est, avec le village de Noto, la seule localité victime du tsunami qui a suivi le tremblement de terre. Là, des quartiers entiers ont été dévastés par le séisme et le raz de marée. Dans celui d’Ukai, pas une maison n’a été épargnée. Pas un poteau ne tient debout. Les câbles traînent par terre. La neige masque les dangers. Il vous reste 80% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » - au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » * au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » | au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » | au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » | au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » | | au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » | | au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » | au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île »

news7.asia au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île »