Home News « C’est en évitant la question politique que les groupes sociaux, en Chine, font avancer leurs revendications »

« C’est en évitant la question politique que les groupes sociaux, en Chine, font avancer leurs revendications »

by News7
« C’est en évitant la question politique que les groupes sociaux, en Chine, font avancer leurs revendications »



Pour la plupart des observateurs, la Chine se résume à son système politique, voire à l’ombre immense de son président, Xi Jinping. La société, elle, semble avoir disparu. En général, les Chinois sont réduits à une masse d’individus soumis à la propagande du Parti communiste, incapables d’avoir une opinion par eux-mêmes. Ce discours est doublement problématique. D’abord, il est méprisant pour les intéressés, surtout ceux qui sont critiques du système sans être dissidents pour autant. Il l’est également pour les désormais nombreux citoyens biculturels qui connaissent certes les défauts de la société chinoise, mais aussi la crise démocratique que traversent les sociétés européennes. Deuxième problème : ce discours ne correspond en rien à la réalité. Loin d’être amorphe, la société chinoise fait preuve d’un indéniable dynamisme et s’exprime par divers moyens. Le champ des conflits sociaux couvre un très large spectre. Depuis la fin des années 1990, les employés des entreprises d’Etat en restructuration, les travailleurs migrants exploités, les propriétaires d’appartement dépossédés par les promoteurs ou les riverains d’usines polluantes n’hésitent pas à défendre leurs intérêts. Plus récemment, des livreurs se sont insurgés contre leurs conditions de travail et de rémunération, et des épargnants spoliés par la crise immobilière contre des banques ruinées par leurs pratiques spéculatives. On se souvient aussi des manifestations de novembre 2022 au cours desquelles des milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour demander une levée de la politique dite « de zéro Covid » adoptée dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Lire aussi la tribune | Article réservé à nos abonnés Chine : « La primauté du Parti justifie tous les sacrifices, y compris économiques » Ajouter à vos sélections Même si le Parti communiste chinois (PCC) s’était déjà résolu à assouplir les mesures de contrôle, ce sont bien ces manifestations qui ont définitivement conduit Pékin à sortir de l’isolement sanitaire. Les Chinois expriment aussi leurs opinions sur les réseaux sociaux. Malgré la censure, ceux-ci sont devenus un vrai lieu d’échange d’informations et de points de vue. C’est par ces plates-formes que nous avons pu savoir ce qui se passait en Chine pendant la pandémie. Prospère et contestataire Ces phénomènes ne peuvent s’expliquer que par les transformations profondes que la société chinoise a connues depuis une vingtaine d’années. Le niveau de vie y a considérablement augmenté, permettant à un nombre considérable d’individus d’entrer dans la société de consommation. Le développement de l’éducation, et notamment des universités, a conduit à une amélioration spectaculaire du niveau scolaire. Certes, les inégalités ont crû mais la croissance économique, les politiques de lutte contre la pauvreté et les conflits sociaux ont contribué à améliorer la vie de la plus grande partie de la population. Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like