Home News En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée

En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée

by News7
En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée



LETTRE DE BANGKOK Extrait du film chinois « No More Bets » (2023), du réalisateur Ao Shen. TRINITY CINEASIA Dans le film No More Bets (« les jeux sont faits »), succès du box-office chinois de l’été 2023, de jeunes Chinois opérant depuis un complexe miteux mais lourdement sécurisé, situé à l’étranger, s’efforcent de tromper leurs compatriotes en Chine par d’ingénieux stratagèmes informatiques. Avec des conséquences terribles : l’un de leurs « pigeons » a tellement bien été « ferré » par une jolie fille qui prétend lui donner des tuyaux gagnants pour divers paris ou investissements en ligne, qu’il se ruine, met en gage l’appartement de ses parents, puis se suicide devant leurs yeux. No More Bets a fait office en Chine de campagne de salubrité publique vue et corrigée par un Tarantino chinois : les arnaques en ligne sont devenues la priorité numéro un des autorités, qui ont mis à disposition des producteurs d’innombrables dossiers. Les « petites mains » de ces fraudes, à l’instar du jeune programmateur héros du film, sont eux-mêmes des victimes : leurs passeports ont été confisqués, ceux qui ne remplissent pas leurs objectifs sont punis ; tenter de fuir les expose à d’atroces tortures, voire pire, aux mains de truands chinois sans pitié. La zone de non-droit d’où opèrent ces gangsters 2.0 est un pays fictif d’Asie du Sud-Est appelé Canan : on reconnaît, dans le film, sur des uniformes, les alphabets khmer et birman. Les autochtones joignent les mains pour saluer, comme le font les Thaïlandais. En septembre, le Cambodge et la Birmanie, suivis en novembre par la Thaïlande, ont officiellement protesté auprès des autorités chinoises contre cette « stigmatisation » susceptible d’« effrayer les touristes chinois potentiels ». Phnom Penh et Naypyidaw ont même banni la distribution de No More Bets. Un comble. Corruption galopante La réalité est que l’Asie du Sud-Est est gangrenée par cette nouvelle forme de crime organisé chinois : fuyant les campagnes policières en Chine, la mafia de la fraude en ligne a trouvé dans ces pays notoirement corrompus, où tout s’achète, et en particulier la police, un écosystème idéal. Elle s’est aussi greffée avec enthousiasme sur les « nouvelles routes de la soie » chinoises, le grand projet d’expansion économique du président chinois, Xi Jinping, lorsque, en pleine pandémie, celui-ci avait le plus besoin de promoteurs. On trouve parmi les « parrains » présumés ou avérés de ces enseignes mafieuses des entrepreneurs chinois haut placés dans les instances de représentation de la diaspora chinoise cooptées par Pékin, et fêtés dans leurs pays d’adoption – dont ils ont acquis la nationalité – comme de généreux bienfaiteurs. Le Chinois Zhao Wei, fondateur au Laos de la zone économique spéciale du Triangle d’or à la frontière thaïlandaise, a par exemple reçu du gouvernement laotien en 2022 la médaille du Courage pour sa « contribution à la défense de l’ordre public ». Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée - En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée * En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée | En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée | En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée | En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée | | En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée | | En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée | En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée

news7.asia En Asie du Sud-Est, la mafia chinoise de la fraude en ligne épinglée