Home News « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs »

« Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs »

by News7
« Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs »



Les économistes s’interrogent beaucoup sur la « démondialisation » d’une économie segmentée en deux camps idéologiquement opposés (pour le dire rapidement) : le « camp des démocraties » contre le « camp des pays autoritaires ». Mais observe-t-on réellement une réduction des échanges entre ces deux groupes de pays ? Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Pékin promeut une mondialisation « aux caractéristiques chinoises » Les conséquences d’une déglobalisation économique effective seraient très importantes. Les pays renonceraient à exploiter leurs avantages comparatifs (disponibilité des matières premières, compétences de la population active, niveau technologique) pour ne pas commercer avec des pays « ennemis », et accepteraient ainsi une perte d’efficacité économique, puisqu’ils devraient produire des biens pour lesquels ils n’ont pas d’avantages comparatifs et importer de pays « amis » des biens aux coûts de production élevés, afin d’accroître leur souveraineté économique et la sécurité de leurs approvisionnements. Le tout au prix d’une perte de pouvoir d’achat pour les consommateurs. L’évolution du commerce mondial de biens semble confirmer l’hypothèse d’une « démondialisation ». Alors que la croissance du volume des exportations de biens a été deux fois plus élevée que la croissance du PIB mondial des années 1990 à la crise des subprimes en 2008, elles deviennent équivalentes de 2010 à 2019 ; et, depuis le milieu de 2022, le volume des exportations de biens est en baisse de 2 % sur un an, alors que le PIB mondial croît de 3 % par an. Recul des investissements Cet écart doit être rapproché de la très forte augmentation du nombre d’obstacles au commerce mondial recensés par le Fonds monétaire international, passé de 250 au début des années 2010 à 2 600 en 2022 : droits de douane, interdiction d’importer ou d’exporter certains biens, par exemple l’importation de relais de téléphone chinois dans les pays de l’OCDE, ou l’exportation de semi-conducteurs vers la Chine, etc. Mais est-ce véritablement le signe d’une déglobalisation de l’économie mondiale, ou bien d’une défiance, en particulier des pays occidentaux, vis-à-vis de la Chine ? Si l’on regarde le commerce de biens en volume, les exportations ont bien baissé de 2 % sur un an au troisième trimestre 2023, et il apparaît que les exportations de biens de la Chine stagnent, et que les exportations du reste du monde vers la Chine ont nettement reculé en 2023. Il y a donc bien un recul du commerce mondial des biens, quelle que soit la provenance de ces exportations. Lire la chronique : Article réservé à nos abonnés « Le commerce mondial est en route vers la “slowbalization” » Mais il n’en est pas de même pour le commerce des services. Le volume des exportations mondiales de services est aujourd’hui en augmentation de 7 % en rythme annuel, plus rapide que celui du commerce mondial dans son ensemble. Il n’y a donc pas de démondialisation des échanges de services. La part des exportations de services dans le produit intérieur brut (PIB) est très élevée à Singapour, en Inde, en Suède, au Danemark ; elle est élevée au Portugal, au Maroc, au Royaume-Uni, en Finlande. En fait, les échanges de biens sont progressivement remplacés par des échanges de services. Il vous reste 45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

« Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » - « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » * « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » | « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » | « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » | « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » | | « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » | | « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs » | « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs »

news7.asia « Il y a une défiance croissante vis-à-vis de la Chine comme partenaire commercial ou comme localisation des investissements directs »