News7News 7
HomeNews« La Chine impose sa mondialisation, conflictuelle mais bien réelle »

« La Chine impose sa mondialisation, conflictuelle mais bien réelle »

by News7
« La Chine impose sa mondialisation, conflictuelle mais bien réelle »



Un entrepôt Shein à Whitestown (Indiana, Etats-Unis), le 29 novembre 2023. SCOTT OLSON / GETTY IMAGES VIA AFP Alors que Chinois et Américains ont montré leurs muscles et leurs divisions ce week-end au forum sur la sécurité de Singapour, l’empire du Milieu a enregistré, dans le même temps, trois victoires symboliques qui rappellent que sa puissance ne se limite pas à ses hordes d’automobiles, de tee-shirts et de panneaux solaires prêts à envahir le monde. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés « L’Europe pourrait être engloutie dans la rivalité économique entre la Chine et les Etats-Unis » Ajouter à vos sélections La première est scientifique. La sonde spatiale Chang’e-6 s’est posée ce dimanche 2 juin sur la face cachée de la Lune. Elle est chargée de collecter des échantillons pour les ramener sur Terre. Le pays est le seul à avoir posé des engins sur la partie masquée de l’astre. Un programme qui y préfigure l’installation d’une base habitée. On ne peut évidemment s’empêcher de dresser le parallèle avec les difficultés, ce même week-end, du vaisseau spatial habité américain Starliner, dont le lancement a été pour la deuxième fois annulé in extremis pour raison technique. La deuxième victoire, plus anecdotique mais tout aussi signifiante, est l’inscription de Donald Trump sur TikTok. Il y a posté sa première vidéo samedi soir, et le lendemain, comptait déjà plus de deux millions de followers. Ainsi l’homme qui voulait, quand il était président, la perte de ce réseau social supposé espionner les foyers américains pour le compte de Pékin doit se rendre à l’évidence : pour toucher les jeunes, il faut passer sur TikTok. Mondialisation conflictuelle Enfin, le Financial Times de ce lundi 3 juin annonce que le roi de la mode à tout petit prix, Shein, a décidé de s’introduire à la Bourse de Londres. Ce serait une prise considérable pour la place financière, qui ne s’est jamais bien remise du Brexit et voit partir vers New York de plus en plus d’entreprises à la recherche de plus grandes liquidités. Avec une valorisation de 66 milliards de dollars (60,8 milliards d’euros), le chinois Shein, qui a prudemment installé son siège à Singapour, serait une prise de choix. Cette présence au premier plan dans des domaines aussi divers, se retrouve aussi dans des activités de contenus plus classiques, mais à fort pouvoir d’influence. On savait déjà que l’industrie cinématographique du pays était devenue la première au monde, dépassant Hollywood, mais on a appris plus récemment que la Chine talonnait également l’Amérique sur le marché de l’art. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Surcapacités productive et montée en gamme : l’industrie chinoise ébranle les usines européennes et américaines Ajouter à vos sélections Comme le rappelle le quotidien japonais Nikkei du 2 juin, si l’Asie a vu le montant de ses ventes aux enchères multiplié par vingt-cinq en vingt ans, elle le doit essentiellement à la Chine. Selon les chiffres du site ArtPrice, elle représente désormais 32 % du total des ventes mondiales d’art contemporain, tout près des Etats-Unis et très loin devant les Britanniques et les Français. Elle doit cette poussée à ses grandes fortunes, dont là aussi, le nombre talonne celui des américaines. Il vous reste 9.9% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

12345678............................................................................................................................................+