Home News L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie

L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie

by News7
L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie



L’irritation de l’Azerbaïdjan envers la France croît de jour en jour. Jeudi 18 janvier, une commission parlementaire azerbaïdjanaise a demandé au gouvernement de rompre tous les liens économiques avec la France pour protester contre ce qu’elle décrit comme un vote « anti-azerbaïdjanais » du Sénat français. La menace vise nommément TotalEnergies, le principal investisseur français dans le pays. Les parlementaires exigent que les entreprises françaises soient toutes exclues des appels d’offres étatiques et demandent la reconnaissance de l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, de la Polynésie française et de la Corse. Cette démarche répond à l’adoption, la veille, par le Sénat français, d’une résolution condamnant l’offensive militaire menée par l’Azerbaïdjan en septembre 2023 sur le Haut-Karabakh, qui a conduit à la chute de cette enclave séparatiste et à l’exode d’environ 100 000 Arméniens. Le texte, voté à l’unanimité moins une voix, appelle à « des sanctions envers l’Azerbaïdjan », « demande la garantie du droit au retour des populations arméniennes au Haut-Karabakh » et vise à « prévenir toute autre tentative d’agression et de violation de l’intégrité territoriale de la République d’Arménie ». « Les sanctions réclamées par les parlementaires [azerbaïdjanais] ne sont, pour l’instant, que des déclarations politiques sans effet sur la réalité économique, tempère Nijat Hajiyev, politologue et rédacteur en chef du site Vesti.az. Bakou fait comprendre à Paris qu’il vaut mieux trouver un terrain d’entente et faire preuve de realpolitik. » L’expert cite les investissements considérables de TotalEnergies dans le champ gazier d’Apchéron et l’approvisionnement en uranium de la France en Asie Centrale. « Il ne faut pas oublier que l’Azerbaïdjan est l’un des principaux pays de transit pour l’uranium acheté par la France dans cette région », ajoute-t-il. Crainte d’agression La menace s’ajoute à une liste de querelles s’allongeant rapidement entre la France et l’Azerbaïdjan. En novembre, le chef de l’Etat azerbaïdjanais, Ilham Aliev, au pouvoir depuis vingt ans et qui prépare sa quatrième réélection le 7 février, a accusé la France d’inciter à « de nouvelles guerres » dans le Caucase en armant l’Arménie. Lire aussi : Azerbaïdjan : après sa victoire dans le Haut-Karabakh, le président Ilham Aliev ordonne une élection présidentielle anticipée Début décembre 2023, un homme d’affaires français, Martin Ryan, a été incarcéré pour espionnage au profit de la France. A la suite de cette affaire, Bakou a demandé, le 26 décembre, à deux diplomates français − en réalité des agents de la direction générale de la sécurité extérieure, selon le site Intelligence Online − de faire leurs bagages. Paris a immédiatement répliqué en expulsant deux diplomates azerbaïdjanais et a exigé, début janvier, la libération de Martin Ryan. Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie * L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie | L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie | L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie | L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie | | L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie | | L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie | L’Azerbaïdjan menace de frapper la France au porte-monnaie