Home News l’écrivain australien Yang Jun ne fera pas appel de sa condamnation à mort

l’écrivain australien Yang Jun ne fera pas appel de sa condamnation à mort

by News7
l’écrivain australien Yang Jun ne fera pas appel de sa condamnation à mort



Depuis sa prison chinoise où il croupit depuis 2019, Yang Jun est atteint d’une maladie rénale si grave qu’il n’a plus la force de se battre. L’écrivain australien d’origine chinoise, aujourd’hui âgé de 59 ans, ne fera pas appel de sa condamnation à mort avec sursis prononcée le 4 février par un tribunal de Pékin. Ce célèbre romancier et blogueur, ancien diplomate chinois partisan d’une démocratisation de la Chine qu’il a quittée en 2002 pour l’Australie, a été reconnu « coupable d’espionnage ».« L’introduction d’un recours ne ferait que retarder la possibilité qu’il reçoive des soins médicaux appropriés et supervisés, après cinq années de traitement inhumain et d’un manque abject de soins médicaux », a déclaré sa famille dans un communiqué diffusé depuis Sydney le 21 février. « La détérioration de l’état physique de M. Yang ne lui permet pas d’endurer d’autres épreuves » sur le plan judiciaire, ajoute le texte. La famille de Yang Jun a indiqué qu’elle s’efforcerait plutôt d’obtenir des soins médicaux pour son « grave problème rénal ».Yang Jun a été torturé en prisonDomicilié aux États-Unis après avoir obtenu la nationalité australienne en 2002, Yang Jun avait été arrêté lors d’un retour en Chine en janvier 2019. Il est l’auteur d’une série de romans d’espionnage, sous son nom de plume, Yang Hengjun, ainsi que d’un blog populaire en langue chinoise.L’écrivain avait ensuite été jugé à huis clos en 2021, lors d’un procès vivement critiqué par les défenseurs des droits humains et pour lequel aucun verdict n’avait été rendu public. En mai 2021, il avait affirmé avoir été torturé dans un lieu tenu secret pendant sa détention, craignant que des aveux forcés ne soient utilisés contre lui. Pékin avait rejeté ces accusations. En août 2023, Yang Jun avait dit craindre pour sa vie en détention en raison d’un gros kyste sur un rein.« Pour les étrangers il est dangereux de se rendre en Chine »Pour le directeur de l’ONG britannique Hong Kong Watch, Benedict Rogers, « le cas de l’écrivain australien Yang Jun révèle les risques auxquels les étrangers doivent faire face ».« Lorsque je me rendais fréquemment en Chine dans les années 1990 et 2000, je m’y sentais très à l’aise et j’avais beaucoup d’espoir pour ce grand pays, se souvient-il. Mais aujourd’hui pour n’importe quel étranger, se rendre en Chine est dangereux. »L’espoir de voir sa peine commuée en prison à vieLa condamnation de Yang Jun et sa décision de ne pas faire appel sont de nature à tendre à nouveau les relations entre l’Australie et la Chine qui s’étaient apaisées depuis l’an passé avec notamment la libération, en octobre 2023, de la journaliste australienne Cheng Lei après trois ans de prison. Cette ex-présentatrice de la télévision publique chinoise anglophone CGTN, également emprisonnée en Chine, avait été détenue au nom de la « sécurité nationale ».« Nous continuerons à défendre les intérêts et le bien-être du docteur Yang et à lui fournir une assistance consulaire », a déclaré mercredi la ministre australienne des affaires étrangères, Penny Wong. « Je salue la force dont sa famille et ses amis ont fait preuve au cours de cette période », a-t-elle ajouté dans un communiqué. Aujourd’hui, Wang Jun espère recevoir des soins et voir sa peine de mort soit commuée en détention à vie.



Source link

You may also like