News7News 7
HomeNewsLes émissions de CO₂ de la Chine, premier pollueur mondial, sont en baisse

Les émissions de CO₂ de la Chine, premier pollueur mondial, sont en baisse

by News7
Les émissions de CO₂ de la Chine, premier pollueur mondial, sont en baisse



Des panneaux solaires sur le toit d’une maison dans la banlieue rurale de Jinan, dans la province du Shandong (est de la Chine), le 21 mars 2024. NG HAN GUAN / AP Le premier pollueur de la planète est-il sur le point de réussi à entamer une baisse durable de ses émissions de CO2 ? Alors que le pays installe des panneaux solaires et des éoliennes à un rythme effréné, c’est l’hypothèse qu’avance un chercheur, au constat que les émissions de la Chine ont baissé de 3 % en mars, après quatorze mois consécutifs de hausse à la suite de la levée des restrictions liées à la pandémie. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Le rythme du réchauffement climatique est plus rapide que jamais Ajouter à vos sélections L’expert Lauri Myllyvirta, cofondateur du Centre de recherche sur l’énergie et l’air propre et actuellement associé à l’Institut de recherche sur la Chine et le climat d’Asia Society, estime qu’à la condition de maintenir cette dynamique la Chine pourrait voir ses émissions diminuer en 2024 par rapport à l’année précédente. « La Chine a certainement la capacité de passer son pic dès maintenant, si elle maintient les bons choix politiques et continue d’ajouter autant d’énergies propres que l’an dernier », affirme M. Myllyvirta. Pékin passerait ainsi avec une marge de six années son engagement à voir ses émissions de CO2 baisser « avant 2030 ». La trajectoire de l’économie chinoise dans les mois à venir sera déterminante pour préciser la date à laquelle est passé ce cap, qui constituerait une nouvelle encourageante dans un monde de catastrophes climatiques. Tant les efforts chinois dans les nouvelles énergies que le ralentissement de secteurs historiques de son économie (immobilier, industries lourdes) permettent ces avancées. Les énergies dites propres sont devenues un moteur principal de sa croissance, poussant la Chine, qui installe plus de la moitié des capacités mondiales, à accélérer encore davantage. Les champs de panneaux solaires et les parcs éoliens s’y multiplient. Dans un pays encore dépendant au charbon, cette poussée permet à la part d’énergies fossiles dans la production d’électricité de baisser de 67,4 % en mars 2023 à 63,6 % en mars 2024, à un moment où la demande augmente pourtant. Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La Chine, championne des énergies renouvelables… et accro au charbon Ajouter à vos sélections Le pays a posé 21 gigawatts (GW) de panneaux solaires en 2023, plus que le total cumulé sur le territoire américain. Il devrait ainsi franchir dès cette année son objectif fixé pour 2030 de 1 200 GW de capacités de solaire et d’éolien. L’Union européenne, en comparaison, est actuellement proche de 480 GW d’éolien et de solaire. Marché immobilier en crise La trajectoire d’émissions de la Chine bénéficie aussi des difficultés du pays. Son marché immobilier est en crise, ce qui affecte lourdement les familles de la classe moyenne qui avaient placé leurs économies dans un appartement, mais permet dans le même temps de freiner des secteurs très polluants. Sa production d’acier a baissé de 8 % en mars, celle de ciment de 22 %. Il vous reste 59.07% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

12345678............................................................................................................................................+