News7News 7
HomeNewsles Philippines diffusent des images des violences

les Philippines diffusent des images des violences

by News7
les Philippines diffusent des images des violences



Des gardes-côtes chinois armés ont eu une violente altercation avec des membres de la marine philippine près d’un atoll stratégique en mer de Chine méridionale, selon une vidéo spectaculaire diffusée par l’armée philippine. L’affrontement a eu lieu lundi 17 juin, pendant une mission de ravitaillement pour des soldats philippins stationnés sur un navire militaire échoué sur l’atoll Second Thomas, selon Manille. De nouvelles images de la confrontation, diffusées par l’armée philippine, montrent de petites embarcations à bord desquelles des marins chinois crient, brandissent des couteaux ainsi qu’une hache et frappent à l’aide de bâtons un bateau pneumatique. Ces images diffusées par Manille contrastent fortement avec les photos publiées mercredi par les médias d’Etat chinois, qui ne montraient pas d’hommes armés. Lire aussi | Des gardes-côtes chinois saisissent des armes sur des bateaux de la marine philippine, selon Manille Ajouter à vos sélections L’armée philippine a déclaré que le marin chinois armé d’une hache avait « menacé de blesser » un soldat philippin, tandis que d’autres « menaçaient explicitement de porter atteinte » aux forces philippines. Un marin philippin a perdu un pouce lors de l’incident, au cours duquel les gardes-côtes chinois ont confisqué ou détruit du matériel philippin, dont des armes à feu, selon l’armée philippine. Pékin a assuré que ses gardes-côtes avaient pris des mesures « professionnelles et modérées » lors de la confrontation et a affirmé qu’« aucune mesure directe » n’avait été prise à l’encontre des Philippins. Un garde-côte chinois brandit une hache alors que l’embarcation s’approche des troupes philippines en mission de réapprovisionnement dans l’atoll Second Thomas, en mer de Chine méridionale, le 17 juin 2024. AP – PHOTO FOURNIE PAR LES FORCES ARMéES DES PHILIPPINES Manille accuse Pékin accuse d’un « acte de piraterie » Dans la vidéo diffusée par Manille, on voit pourtant un marin chinois sur le pont de l’un des bateaux en train de brandir une hache. On y voit par ailleurs un garde-côte chinois frappant violemment un bateau pneumatique à l’aide d’un bâton, ainsi qu’un deuxième homme en train de taillader le bateau avec un couteau. Les gardes-côtes chinois « ont ensuite commencé à lancer des pierres et d’autres objets sur nos soldats », ont déclaré les autorités philippines. « Ils ont également tailladé les [bateaux pneumatiques], les rendant inutilisables ». Les marins philippins, vêtus de tenues de camouflage marron, de casques et de gilets, ne portent pas d’armes sur ces images. « Pendant cette violente confrontation, les gardes-côtes chinois ont également lancé des gaz lacrymogènes, intensifiant le chaos et la confusion, tout en faisant retentir des sirènes en continu pour perturber davantage la communication », précise le texte qui accompagne la vidéo. Interrogé à propos de cette vidéo, un porte-parole du ministère des affaires étrangères chinois, Lin Jian, a accusé jeudi Manille de vouloir « rejeter de façon calomnieuse » la responsabilité de l’incident sur Pékin. « Cette opération menée par les Philippines n’est en aucun cas un ravitaillement de matériel humanitaire », version défendue par Manille, a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse régulière. Le Monde Application La Matinale du Monde Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer Télécharger l’application « Ces navires philippins transportaient non seulement des matériaux de construction, mais aussi des armes et des équipements et ont délibérément percuté des navires chinois. Ces marins philippins ont également jeté de l’eau et lancé des objets sur les forces de l’ordre chinoises. Ces pratiques ont évidemment aggravé les tensions en mer », a-t-il souligné. Le général Romeo Brawner, chef de l’armée philippine, a déclaré mercredi que l’équipage philippin, en infériorité numérique, n’était pas armé et s’était battu « à mains nues ». Dans une vidéo, on entend une personne parlant tagalog, langue philippine, dire que quelqu’un a « perdu un doigt ». Manille a accusé Pékin d’avoir commis un « acte de piraterie » à l’encontre de ses forces. Elle a exigé la restitution des objets « pillés » par les Chinois, dont sept fusils, ainsi que des compensations pour les équipements endommagés. Le Monde avec AFP Réutiliser ce contenu



Source link

You may also like

12345678............................................................................................................................................+