Home News Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars

Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars

by News7
Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars



LETTRE DE TOKYO Hitoshi Matsumoto, star de la télévision et membre du populaire duo comique Downtown, à Tokyo, le 7 septembre 2013. KANAME YONEYAMA / THE YOMIURI SHIMBUN VIA AFP Après les révélations d’agressions au sein de l’agence de stars Johnny’s (aujourd’hui Smile-up), l’affaire impliquant Hitoshi Matsumoto, star de la télévision et membre du populaire duo comique Downtown, interroge à nouveau l’attitude des médias japonais sur les scandales d’exploitation sexuelle impliquant des célébrités. Dans son édition du mercredi 17 janvier, l’hebdomadaire Shukan Bunshun dévoilait des photos compromettantes, prises dans des chambres d’hôtel lors de soirées impliquant M. Matsumoto, aujourd’hui âgé de 60 ans. Fidèle à ses habitudes de distiller au compte-gouttes ses révélations, le Bunshun ajoutait des éléments à ceux égrainés depuis le 27 décembre 2023. Les premières informations évoquaient une soirée organisée en 2015 par Hitoshi Matsumoto et d’autres personnalités de la télévision – Kazutaka Ozawa du duo Speed Wagon et Jun Kurose de Punk Boo Boo –, dans une suite du Grand Hyatt de Roppongi, un quartier animé de Tokyo. D’après le magazine, Hitoshi Matsumoto a forcé une jeune femme à avoir des relations sexuelles avec lui, en lui lançant par exemple : « Occupe-toi de mon bébé ! » Une autre femme affirme avoir été embrassée de force. Passant outre les dénégations de M. Matsumoto, l’hebdomadaire signalait le 10 janvier de nouveaux témoignages de femmes ayant participé à des soirées similaires à Fukuoka (sud-ouest) et à Osaka (ouest) en présence de la star. Le magazine détaillait un « système de rétribution par des faveurs sexuelles » mis en place au fil des ans, qui voyait de jeunes comédiens rassembler des femmes pour le bon plaisir de M. Matsumoto. Les « rabatteurs » obligeaient les jeunes femmes à éteindre leur téléphone portable. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés #metoo : face au mouvement, les résistances persistent au Japon et en Corée du Sud L’enchaînement des révélations du Bunshun a conduit Hitoshi Matsumoto à déposer plainte pour diffamation. Il a promis de « se battre » contre les accusations « sans fondement ». Son agence, la très puissante Yoshimoto Kogyo, a suspendu, le 10 janvier, les activités de son animateur vedette. « M. Matsumoto a exprimé son vif désir de se concentrer sur les procédures judiciaires en cours. » Les géants de l’audiovisuel ont mis du temps à réagir Dans un pays où le mouvement #metoo reste à portée limitée, les géants de l’audiovisuel ont mis du temps à réagir. Il faut dire qu’Hitoshi Matsumoto anime des émissions très suivies sur quatre chaînes commerciales. Il présente aussi, depuis 2016, « Dokumental », un programme phare d’Amazon Prime au Japon, et il a été choisi comme ambassadeur de l’Expo 2025 d’Osaka. A cela s’ajoute le fait que l’agence Yoshimoto Kogyo a pour actionnaires les grandes sociétés de l’audiovisuel, comme Fuji Media, TV Asahi, TBS ou encore Nihon TV. Il vous reste 55% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars - Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars * Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars | Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars | Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars | Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars | | Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars | | Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars | Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars

news7.asia Les télévisions japonaises peinent à reconnaître les agressions sexuelles de leurs stars