Home News Pour la Chine, la guerre à Gaza est « une honte pour la civilisation »

Pour la Chine, la guerre à Gaza est « une honte pour la civilisation »

by News7
Pour la Chine, la guerre à Gaza est « une honte pour la civilisation »



Wang Yi, ministre des affaires étrangères chinois, lors d’une conférence de presse en marge de la session annuelle du Parlement chinois, à Pékin, le 7 mars 2024. PEDRO PARDO / AFP Le ministre des affaires étrangères chinois a réitéré, jeudi 7 mars, l’appel de Pékin à un « cessez-le-feu immédiat » à Gaza. « Le fait qu’aujourd’hui, au XXIe siècle, cette catastrophe humanitaire ne puisse être arrêtée est une tragédie humaine, plus encore, c’est une honte pour la civilisation », a affirmé Wang Yi lors d’une conférence de presse à Pékin. « Nous sommes favorables à ce que la Palestine devienne pleinement membre des Nations unies », a-t-il déclaré au moment où le conflit entre Israël et le Hamas fait toujours rage dans l’enclave palestinienne. « Le souhait de longue date du peuple palestinien de créer un pays indépendant ne peut plus être éludé », a-t-il ajouté. Bien que la Chine entretienne de bonnes relations avec Israël, elle soutient depuis plusieurs décennies la cause palestinienne et milite traditionnellement pour une solution à deux Etats. « Face à un environnement international instable et complexe, la Chine sera résolument une force pour la paix, la stabilité et le progrès dans le monde », a également dit Wang Yi, qui s’exprimait en marge de la session annuelle du Parlement chinois, le principal événement politique de l’année en Chine, qui est traditionnellement l’occasion pour le gouvernement de présenter les grandes lignes de sa politique économique et diplomatique. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Sur les fronts du Moyen-Orient, la Chine préfère rester en retrait Ajouter à vos sélections La conférence de presse de Wang Yi s’inscrit dans le cadre des inquiétudes, parmi les Occidentaux et certains de ses voisins asiatiques, qui découlent de l’influence politique croissante de la Chine dans le monde. Nouveaux incidents en mer de Chine Les dirigeants des pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) et d’Australie ont ainsi mis en garde, mercredi, contre les actions qui « menacent la paix » en mer de Chine méridionale, à la suite de nouveaux incidents entre la Chine et les Philippines dans ces eaux disputées. Des bateaux des garde-côtes chinois ont été accusés, mardi, par les Philippines de harceler une flottille de navires philippins en mission de ravitaillement près d’un récif disputé. Pékin a accusé Manille d’avoir délibérément voulu provoquer un incident. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés De nouveaux incidents maritimes entre Taïwan et la Chine renforcent la stratégie de la tension menée par Pékin Ajouter à vos sélections « Nous défendrons nos droits légitimes » dans la zone, a souligné, jeudi, Wang Yi. La Chine revendique la quasi-totalité des îles de la mer de Chine méridionale. Mais d’autres pays riverains comme le Vietnam, les Philippines, la Malaisie ou encore Brunei ont des prétentions concurrentes et contrôlent plusieurs îlots. « Nous nous opposons résolument à toute hégémonie et intimidation et défendons avec force la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement » de la Chine, a par ailleurs souligné Wang Yi, dans une claire référence à Washington. Défense des bonnes relations avec la Russie Les Etats-Unis « blâment » la Chine « sous n’importe quel prétexte », a affirmé le chef de la diplomatie chinoise. Les tensions bilatérales restent vives sur plusieurs dossiers : Taïwan, le commerce, les nouvelles technologies, la lutte d’influence en Asie-Pacifique ou encore les droits humains. « Les moyens de pression sur la Chine sont sans cesse renouvelés et la liste des sanctions unilatérales constamment allongée », a déploré Wang Yi. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés En Chine, le pouvoir acte la démission de deux ministres, disparus depuis des mois Ajouter à vos sélections Le chef de la diplomatie chinoise a également averti que les dirigeants politiques taïwanais cherchant à obtenir l’indépendance de l’île, revendiquée par la Chine et soutenue par les Etats-Unis, seraient « liquidés par l’histoire ». Le Monde Application La Matinale du Monde Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer Télécharger l’application Wang Yi a également défendu, jeudi, les bonnes relations de son pays avec la Russie, alors que la Chine est critiquée par les Occidentaux sur le dossier ukrainien. « La Chine et la Russie ont créé un nouveau modèle pour les relations entre grandes puissances, qui diffère complètement de l’ancienne époque de guerre froide », a fait savoir Wang Yi. Si Pékin cherche à se positionner comme une partie neutre dans la guerre, son partenariat stratégique avec Moscou s’est renforcé depuis le début du conflit. Le Monde avec AFP Réutiliser ce contenu



Source link

You may also like