Home News Près de Taïwan, un séisme sous-marin de magnitude supérieure à 7 fait au moins neuf morts

Près de Taïwan, un séisme sous-marin de magnitude supérieure à 7 fait au moins neuf morts

by News7
Près de Taïwan, un séisme sous-marin de magnitude supérieure à 7 fait au moins neuf morts



Un séisme sous-marin de magnitude 7,4 s’est produit, mercredi 3 avril, près de Taïwan, causant la mort de neuf personnes, selon l’Agence nationale de lutte anti-incendie, qui ajoute que 1 011 personnes sont blessées. Toutes les morts recensées l’ont été dans le comté de Hualien, près de l’épicentre du tremblement de terre, dans l’est de l’île. Trois des victimes ont péri sur un sentier de randonnée, écrasées par des rochers dont la chute a été provoquée par le séisme. Une autre victime, un chauffeur routier, a trouvé la mort dans un glissement de terrain en s’approchant d’un tunnel. L’Agence taïwanaise de lutte contre les incendies n’a pas annoncé immédiatement les circonstances des autres morts. A Hualien, « deux bâtiments se sont effondrés, et des personnes pourraient être prises au piège », a déclaré un peu plus tôt un responsable des pompiers locaux. Par ailleurs, la télévision locale a montré des bâtiments de plusieurs étages, à Hualien et ailleurs, s’inclinant dangereusement sous l’effet du séisme, tandis qu’un entrepôt de la municipalité de New Taipei s’est effondré. Le maire de la ville a précisé que plus de soixante survivants avaient été extraits des ruines du bâtiment. L’activité de certaines usines de Taiwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC), le plus grand fabricant de puces au monde, a été brièvement interrompue, a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) un responsable de l’entreprise. Des dizaines de mineurs hors de portée des secours Le risque de tsunami est en revanche « largement passé », a annoncé le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique, un observatoire régional basé à Hawaï (Etats-Unis), peu après qu’une alerte a été émise. Des vagues hautes de trois mètres étaient redoutées à Okinawa, île du sud-ouest de l’archipel japonais, mais l’alerte a ensuite été rétrogradée en avertissement. Aux Philippines, la population des zones côtières a été priée de gagner les hauteurs, mais l’alerte au tsunami a également été annulée. La présidente Tsai Ing-wen a appelé les agences gouvernementales locales et centrales à se coordonner et a annoncé que l’armée apporterait également son soutien. La principale voie ferrée reliant la capitale, Taipei, au Sud, le long de la côte orientale, et qui a été coupée à plusieurs endroits est en cours de réparation. Les routes principales menant à la ville passent par de nombreux tunnels, et les autorités craignent que des automobilistes soient piégés à l’intérieur. « Nous devons vérifier soigneusement combien de personnes sont piégées et les secourir rapidement », a déclaré à des journalistes le vice-président, Lai Ching-te, appelé à devenir en mai le nouveau président de Taïwan. Des dizaines de mineurs se trouvaient également hors de portée des secours dans une carrière à Hualien. Immeuble ébranlé par le tremblement de terre, à Hualien, à Taïwan, le 3 avril 2024. AFP Règles de construction strictes Le séisme a eu lieu tout près de la côte est de Taïwan, peu avant 8 heures locales (2 heures à Paris). Sa magnitude a été estimée à 7,5 par l’Agence météorologique japonaise (JMA), à 7,4 par l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (USGS) et à 7,2 par l’Agence météorologique taïwanaise (CWA). Il a eu lieu à faible profondeur, selon ces organismes. Plusieurs répliques se sont succédé dans la même zone. « Le séisme est proche de la côte et peu profond. Il est ressenti dans tout Taïwan et dans les îles voisines… C’est le plus fort depuis vingt-cinq ans, depuis le tremblement de terre de 1999 », a déclaré aux journalistes le directeur du Centre sismologique de CWA, à Taipei, Wu Chien-fu. Un séisme de magnitude 7,6 avait alors fait deux mille quatre cents morts, en septembre 1999, la pire catastrophe de l’histoire moderne de Taïwan. Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Un signal éclair pour détecter plus rapidement les séismes Ajouter à vos sélections « C’est certainement le plus gros que j’ai ressenti de ma vie et il a duré peut-être trente secondes, même s’il m’a paru durer beaucoup plus longtemps », a raconté Phil Smith, un Britannique résidant à Taipei. « J’ai entendu quelques sirènes de véhicules d’urgence, mais il n’y a certainement aucune panique », a-t-il poursuivi. Le Monde Application La Matinale du Monde Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer Télécharger l’application Situés à la frontière de plusieurs plaques tectoniques, Taïwan et le Japon sont fréquemment touchés par des séismes. Pour limiter les risques autant que possible, les deux pays appliquent des normes de construction parmi les plus strictes au monde. Au Japon, la catastrophe de Fukushima (nord-est), en mars 2011, qui a fait environ 20 000 morts et disparus, est encore dans toutes les mémoires. Un séisme sous-marin de magnitude 9 avait entraîné un gigantesque tsunami sur la côte nord-est du pays, lequel avait aussi provoqué l’accident nucléaire de Fukushima-Daiichi, la pire catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl, en 1986. La péninsule de Noto, dans le centre du Japon, a par ailleurs subi un séisme de magnitude 7,5 le 1er janvier, qui a fait plus de deux cent quarante morts, en particulier en raison de l’effondrement de nombreuses maisons anciennes en bois. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Séisme au Japon : au cœur de la péninsule meurtrie de Noto, « c’est comme si nous étions devenus une île » Ajouter à vos sélections Le Monde avec AFP Réutiliser ce contenu



Source link

You may also like