Home News quelques clics pour un coup d’État

quelques clics pour un coup d’État

by News7
quelques clics pour un coup d’État



D’or et de junglede Jean-Christophe RufinCalmann-Lévy, 400 p., 22,50 €Jusqu’où peut s’étendre le désir de puissance des géants du numérique ? Jusqu’à la prise de contrôle d’un État, répond Jean-Christophe Rufin, dans un roman rondement mené sur fond de jungle tropicale. Comme dit l’un des protagonistes : « Il n’y a pas d’exemple dans l’histoire que ceux qui possèdent le pouvoir économique ne veuillent pas, un jour ou l’autre, acquérir le pouvoir politique. »La trame s’inspire d’une réalité très contemporaine. Aux États-Unis, les géants de la Tech ont longtemps profité du laisser faire des autorités politiques qui voyaient en eux des success stories conformes au rêve entrepreneurial américain et des relais de puissance économique et géopolitique. Or les questions éthiques se creusent, au fur et à mesure que les patrons du numérique et des biotechnologies repoussent les limites de l’intervention sur l’humain.Allongement de la vie, transhumanisme cherchant à créer un continuum entre l’homme et la machine, utilisation massive des données personnelles récoltées dans nos multiples interactions sur le Web et les réseaux sociaux… En Europe et aux États-Unis, les législateurs commencent à instaurer des normes et exiger la transparence. Pour les tenants du libertarianisme, une philosophie politique qui combine un libéralisme économique et l’exigence d’un pouvoir politique minimal ou absent, l’État fédéral fait peu à peu figure d’ennemi.Un homme de l’ombre propose une solution. Puisque ce sont encore les États qui font les lois, les maîtres du monde numérique n’ont qu’à prendre le contrôle de l’un d’eux. D’or et de jungle est le récit de ce projet fou, qui conduit quelques aventuriers de la Californie et de la Patagonie à un paisible sultanat bordé par la mer de Chine.Fractures meurtrièresBrunei existe bel et bien dans la liste des cent quatre-vingt-treize États membres de l’ONU. Indépendant depuis 1984, enclavé dans le territoire de la Malaisie, au nord de l’île de Bornéo, il est dirigé par un potentat vivant de la rente pétrolière. L’opulence peut apparaître comme un gage de stabilité, mais les conspirateurs ont tôt fait d’y déceler des lignes de faille : une famille royale coupée du peuple ; une minorité chinoise contrôlant le commerce mais méprisée par la majorité malaise ; une communauté musulmane travaillée par l’intégrisme… Des fissures que des actions ciblées peuvent transformer en fractures meurtrières.Membre de l’Académie française, Jean-Christophe Rufin a arpenté ce territoire pour mieux y inventer son histoire. Son livre ne verse pas dans l’élégance ou la préciosité. Il préfère s’en tenir aux codes du roman d’espionnage, rythmant l’intrigue par des chapitres courts et sans fioritures.L’expérience de l’écrivain voyageur et diplomate se ressent dans la galerie de personnages qui va élaborer puis exécuter le coup d’État. Un universitaire au passé révolutionnaire qui applique la théorie de l’ébranlement chère à Trotski ; deux hackeurs mangeurs de pizza et capables de s’infiltrer dans les systèmes informatiques les mieux sécurisés ; une baroudeuse qui n’arrive pas à donner un sens à sa vie ; le petit patron d’une entreprise de transport canadienne qui se transforme en apprenti révolutionnaire…Au fil de l’action, des masques tombent, des vies basculent, des passés resurgissent. Et les comploteurs se frottent les mains. Avec deux fake news et une coupure de courant, le pouvoir semble tomber comme un fruit mûr et la mission s’achever en succès. Mais tout dépend pour qui…—–



Source link

You may also like