Home News rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes

rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes

by News7
rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes



L’Australie a clairement rejeté, samedi 14 octobre, le référendum visant à accorder plus de droits aux Aborigènes. « Les Australiens ont voté contre un changement de la Constitution », a indiqué le vice-Premier ministre Richard Marles, après la publication de premiers résultats signalant un échec du référendum.Après le comptage des voix des trois quarts des bureaux de vote du pays, il ressort que 55 % des des 17,5 millions d’électeurs australiens (le vote est obligatoire) ont dit « non » au texte. « Nous respectons tout à fait ce résultat », a affirmé Richard Marles.D’abord largement majoritaire, le camp favorable au changement de la Constitution de 1901 n’a cessé de perdre du terrain ces derniers mois, en raison notamment de l’opposition conservatrice, dirigée par l’ancien ministre de la défense Peter Dutton. La campagne avait entraîné une avalanche de commentaires racistes sur les médias en ligne.De fausses informations avaient également circulé, dont certaines affirmant que les titres de propriété pourraient être remis en cause ou que des réparations devraient être versées si la réforme passait.Les Aborigènes présents depuis plus de soixante mille ansLe projet, lancé il y a plusieurs mois à l’initiative du gouvernement travailliste du premier ministre Anthony Albanese, visait à ce que Aborigènes, présents sur le continent depuis au moins soixante mille ans, disposent du droit d’être consultés par le gouvernement à propos des lois ayant un impact sur leurs communautés.Pour Simon Henderson, avocat à Sydney, il s’agissait d’« ajouter à la Constitution de 1901 un simple amendement qui reconnaît les Aborigènes comme les premiers habitants du pays et qu’a ce titre ils ont des droits spécifiques qu’ils pourront négocier au niveau national ».Un peuple de seconde classePlus de deux cents ans après la colonisation par les Britanniques et la persécution des Aborigènes qui a suivi, ces populations subissent toujours de graves inégalités économiques et sociales : elles sont plus pauvres, sous-éduquées, davantage malades ou sanctionnées par la loi, selon de nombreuses études. « Tout le monde sait parfaitement qu’ils ont subi les terribles politiques d’assimilation, la ségrégation raciale, les injustices », s’insurge Chris Crerar, membre du Conseil pour la réconciliation en Tasmanie. Ils ont notamment une espérance de vie et un niveau d’éducation inférieurs aux autres Australiens et sont nettement plus susceptibles d’être incarcérés.Selon lui, « il aura fallu attendre 2007 pour qu’un gouvernement, travailliste en l’occurrence, s’excuse officiellement pour les horreurs commises dans le passé… » Il s’agit désormais de les placer sur un pied d’égalité avec tout le reste de la population australienne. « Pour autant, les sondages montrent que le “non” risque de l’emporter », se désole le juriste Simon Henderson.Un système référendaire alambiqué« La société est très divisée, explique-t-il, et beaucoup ne veulent toujours pas accepter cet héritage colonial en défendant l’idée que les Blancs étaient les premiers sur cette terre, ignorant totalement la présence des Aborigènes. » De plus, le système référendaire australien est alambiqué, rendant difficile l’obtention d’un « oui ».Pour obtenir une majorité, il fallait en effet dégager une première majorité totale au niveau national, mais également dans quatre des six États du pays. « Dans toute l’histoire du pays, sur 44 référendums convoqués sur différents sujets, seuls 8 ont obtenu un vote positif. »L’organisation de ce référendum a suscité une avalanche de commentaires racistes avec des débats en ligne ou dans les médias émaillés d’attaques contre la population autochtone. « Il y a eu des attaques personnelles (certains ont été qualifiés de “non-Australiens”), et qui ravivent les stéréotypes raciaux », souligne Chin Tan, membre de la Commission australienne des droits de l’homme.Le premier ministre Anthony Albanese avait appelé, mardi 10 octobre, les électeurs à montrer « le meilleur de l’Australie » en soutenant sa réforme constitutionnelle. « Nous sommes une grande réussite multiculturelle », a-t-il plaidé. Une majorité d’Australiens en a décidé autrement.



Source link

You may also like

rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes - rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes * rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes | rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes | rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes | rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes | | rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes | | rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes | rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes

news7.asia rejet du référendum historique pour donner une « voix » aux Aborigènes