Home News Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines

Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines

by News7
Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines



Les incidents entre les forces navales chinoises et philippines en mer de Chine du Sud se multiplient de façon de plus en plus intense. De nouveaux accrochages maritimes se sont produits, mardi 5 mars, autour du récif Second Thomas Shoal, qui appartient à l’archipel des îles Spratleys. Revendiquées par les deux pays, ces îles sont le théâtre régulier d’incidents depuis des mois. Les Philippines maintiennent sur ce récif des troupes en permanence. Or, cette fois, les navires chinois ont tenté d’empêcher le ravitaillement de ces soldats philippins. Des actions jugées « agressives » et « inacceptables » par les autorités philippines, qui ont convoqué l’ambassadeur de Chine.Attaque au canon à eauLa flottille philippine, constituée de deux bateaux ravitailleurs et de deux bateaux d’escorte, a été prise à partie au moment de s’approcher du Second Thomas Shoal, où des unités philippines sont stationnées à bord d’un navire échoué, le BRP Sierra Madre. Un des bateaux ravitailleurs, le Unaizah May 4, a été ciblé par des jets d’eau simultanés très puissants de deux navires chinois, qui ont brisé les vitres de son poste de commandement et fait quatre blessés.Ce même bateau a également été victime d’une « collision mineure » et a dû rebrousser chemin sans avoir pu débarquer sa cargaison mais aussi les militaires destinés à relever les troupes stationnées. L’autre bateau ravitailleur, le Unaizah May 1, a lui pu débarquer normalement son chargement. Enfin, un navire d’escorte philippin a également été victime d’une « collision mineure » qui a « entraîné des dommages structurels mineurs ». En décembre, des navires chinois avaient déjà tiré au canon à eau sur des bateaux philippins.« Une nouvelle escalade »Selon un scénario déjà maintes fois joué, la Chine persuadée de son bon droit proteste et invective les Philippines. Le porte-parole des garde-côtes chinois Gan Yu a ainsi accusé les forces philippines d’avoir « volontairement » heurté un bateau chinois, lui causant une « éraflure ». De son côté, contrairement à son prédécesseur Duterte, le président philippin Marcos, élu en 2022, vitupère et dénonce les violations de son territoire maritime par la Chine. « Nous ne céderons jamais ne serait-ce qu’un centimètre carré de notre territoire », a-t-il lancé, lundi 4 mars, en marge d’un sommet entre l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) et l’Australie, à Melbourne. Une réunion où les menaces chinoises ont été au centre des débats.Pékin fait peser la menace d’« une nouvelle escalade », estime Renato de Castro, professeur de sciences politiques à l’Université de La Salle de Manille, cité par l’AFP. Pour l’analyste politique Richard Heydarian, les actions chinoises font courir le risque d’un « incident très violent qui pourrait échapper à tout contrôle ». Dans cette zone comme autour de Taïwan ou des îles japonaises Senkaku au sud de l’archipel.



Source link

You may also like

Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines * Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines | Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines | Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines | Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines | | Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines | | Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines | Un nouvel accrochage maritime entre la Chine et les Philippines