News7News 7
HomeNewsVladimir Poutine et Kim Jong-un, « partenaires stratégiques » face à l’Occident

Vladimir Poutine et Kim Jong-un, « partenaires stratégiques » face à l’Occident

by News7
Vladimir Poutine et Kim Jong-un, « partenaires stratégiques » face à l’Occident



Il y avait comme un air de noces à Pyongyang, ce mercredi 19 juin, à l’heure de célébrer l’amitié entre la Russie et la Corée du Nord. Norias de ballons et de drapeaux, danseurs en tenues blanc-bleu-rouge, parade militaire, portraits de Vladimir Poutine à tous les lampadaires… Les autorités nord-coréennes avaient déployé toute leur maestria en matière de célébration personnaliste du pouvoir pour offrir un triomphe au président russe, venu signer un accord stratégique avec le dirigeant suprême Kim Jong-un.« Aujourd’hui notre relation atteint un niveau d’épanouissement que nous n’avions jamais vu par le passé, même à l’époque de l’Union soviétique », a salué ce dernier lors de sa rencontre avec le président russe, repeint en « meilleur ami » de la Corée du Nord. De fait, l’invasion de l’Ukraine en février 2022 et la détestation commune de « l’Occident collectif » ont précipité un rapprochement inédit entre la Corée du Nord, maître étalon de l’État paria, et la Russie, nouveau venu dans cette catégorie. Face à une guerre qui consomme des quantités phénoménales de munitions, Moscou a trouvé à Pyongyang les obus et missiles dont il a tant besoin.La Corée du Nord, pour sa part, gagne un fournisseur de nourriture et de biens de consommation, et plus encore, un partenaire stratégique et diplomatique de poids, lui permettant d’alléger sa dépendance envers la Chine. En mai 2022, Moscou s’est ainsi opposé pour la première fois à l’adoption de nouvelles sanctions contre Pyongyang. Plus récemment, en mars, la Russie a utilisé son veto au Conseil de sécurité de l’ONU pour mettre fin à la surveillance des violations des sanctions internationales visant la Corée du Nord, un cadeau majeur.Mariage d’amour ou de circonstance ?Avec la signature du partenariat stratégique cette semaine, c’est un nouveau palier qui est franchi. Dans ses modalités d’abord. « Le traité pour un partenariat global signé aujourd’hui prévoit, entre autres, une assistance mutuelle en cas d’agression contre une partie au traité », a déclaré Vladimir Poutine après la signature de ce document qu’il a qualifié de « révolutionnaire ». Une disposition lourde de conséquences pour l’équilibre sécuritaire précaire entre les deux Corées, et qui suscite une grande inquiétude à Séoul et à Washington.Le changement est également significatif dans l’alignement rhétorique entre Moscou et Pyongyang. « La Russie et la Corée mènent toutes deux une politique étrangère indépendante et n’acceptent pas le langage du chantage et du diktat », a ajouté le président russe, illustrant leur affinité de vue envers l’Occident, qu’il n’a de cesse de présenter comme un péril mortel guettant la Russie. Est-ce à dire que les deux pays sont désormais parfaitement alignés ? Voire. Malgré la guerre, la Russie reste rétive à la prolifération nucléaire, et aura certainement des scrupules à passer ses relations avec Séoul par pertes et profits. Du reste, Vladimir Poutine, qui s’envolait mercredi pour le Vietnam, demeure soucieux de ne pas paraître isolé sur la scène internationale. À ce titre, l’union de Moscou et de Pyongyang pourrait être moins un mariage d’amour que de circonstance.



Source link

You may also like

12345678............................................................................................................................................+