Home News à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine »

à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine »

by News7
à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine »



Le président élu de Taïwan, Lai Ching-te, du Parti démocrate progressiste, et sa colistière Hsiao Bi-khim tiennent une conférence de presse après leur victoire, à Taipei, le 13 janvier 2024. ANN WANG / REUTERS Décrié par la Chine comme un « grave danger » en raison de ses positions en faveur de l’indépendance, Lai Ching-te (connu également sous son nom anglais, William Lai) est arrivé en tête de l’élection présidentielle taïwanaise qui s’est déroulée samedi 13 janvier. Le candidat du Parti démocrate progressiste (DPP) a obtenu 40,1 % des voix, selon des résultats officiels portant sur 99,9 % des bureaux de vote. Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Lai Ching-te élu président de Taïwan pour des années houleuses face à la Chine « Je veux remercier le peuple taïwanais pour avoir écrit un nouveau chapitre dans notre démocratie », a réagi M. Lai dans un discours tenu devant ses partisans dans la soirée, en ajoutant : « Nous disons à la communauté internationale qu’entre la démocratie et l’autoritarisme nous serons du côté de la démocratie. » Le président élu a estimé que « le peuple taïwanais a résisté aux efforts des forces extérieures pour influencer cette élection », dans une référence à peine voilée à la Chine, qui revendique sa souveraineté sur l’île. Il a affirmé : « Nous sommes convaincus que seul le peuple taïwanais a le droit de choisir son propre président. » « Nous sommes déterminés à protéger Taïwan des menaces et intimidations continuelles de la Chine », a déclaré Lai Ching-te devant ses partisans, promettant toutefois de « poursuivre les échanges et la coopération avec la Chine ». Il prendra ses fonctions le 20 mai. Des partisans du Parti démocrate progressiste se réjouissent de la victoire de Lai Ching-te à l’élection présidentielle, à Taipei, samedi 13 janvier 2024. Des partisans du Parti démocrate progressiste se réjouissent de la victoire de Lai Ching-te à l’élection présidentielle, à Taipei, samedi 13 janvier 2024. LOUISE DELMOTTE / AP Son principal opposant, Hou Yu-ih, candidat du plus grand parti d’opposition à Taïwan, le Kouomintang, favorable à un rapprochement avec la Chine, a concédé sa défaite, dès les résultats dévoilés. « Je respecte la décision finale du peuple taïwanais » et « je félicite Lai Ching-te et Hsiao Bi-khim [sa colistière, candidate à la vice-présidence] pour leur élection, en espérant qu’ils ne décevront pas les attentes du peuple taïwanais », a déclaré ce dernier. Selon le décompte de la commission électorale centrale, il a obtenu 33,2 % des votes. Le troisième candidat à la présidence, Ko Wen-je, 64 ans, candidat du petit Parti populaire taïwanais qui se présente comme anti-establishment, était donné dernier avec 25,3 % des voix. Pression diplomatique et militaire de la Chine Agé de 64 ans, Lai Ching-te a été qualifié par Pékin de « grave danger » en raison de ses propos passés en faveur de l’indépendance de l’île et de son combat pour qu’elle garde son autonomie vis-à-vis de la Chine. Après sa victoire, Pékin a répété sa position : « Nous nous (…) opposerons fermement aux activités séparatistes visant à l’indépendance de Taïwan ainsi qu’à l’ingérence étrangère », a mis en garde Chen Binhua, un porte-parole du bureau chinois responsable des relations avec Taïwan, cité par l’agence officielle Chine nouvelle. Dimanche 14 janvier, Taïwan a appelé la Chine à « respecter les résultats de l’élection, à faire face à la réalité et à renoncer à réprimer Taïwan », selon un communiqué du ministère des affaires étrangères taïwanais. A l’aube de l’élection, Pékin avait appelé l’électorat à faire « le bon choix ». « L’Armée populaire de libération de Chine maintient une vigilance élevée à tout moment et prendra toutes les mesures nécessaires pour écraser fermement les tentatives d’“indépendance de Taïwan” sous toutes leurs formes », avait déclaré le porte-parole du ministère de la défense chinois, Zhang Xiaogang. Le Monde Application La Matinale du Monde Chaque matin, retrouvez notre sélection de 20 articles à ne pas manquer Télécharger l’application Toute la semaine, la Chine a accentué sa pression diplomatique et militaire sur Taïwan. Jeudi, cinq ballons chinois ont franchi la ligne médiane séparant l’île autonome de son territoire, selon le ministère de la défense taïwanais, qui a aussi repéré dix avions et six navires de guerre. Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés Election présidentielle à Taïwan : « A l’évidence, c’est sur la question des relations avec la Chine que les trois candidats s’opposent » Samedi, des journalistes de l’Agence France-Presse ont également observé un avion de chasse chinois au-dessus de la ville de Pingtan, la plus proche de Taïwan. Et sur le réseau social chinois Weibo, le hashtag #électionàtaïwan a été bloqué dans la matinée. « Nous ne soutenons pas l’indépendance », dit Joe Biden Le statut de Taïwan est l’un des sujets les plus explosifs de la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis, premier soutien militaire du territoire, et Washington a prévu d’envoyer une « délégation informelle » sur l’île après le vote. « Les Etats-Unis félicitent Lai Ching-te pour sa victoire à l’élection présidentielle à Taïwan », a déclaré le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken. « Nous félicitons également le peuple taïwanais pour avoir démontré une nouvelle fois la force de son système démocratique et de son processus électoral solides », a-t-il ajouté dans un communiqué. M. Blinken a affirmé en outre se réjouir de travailler dans l’avenir avec Lai Ching-te « pour faire progresser nos intérêts et valeurs partagés, et poursuivre notre relation non officielle de longue date, de manière cohérente » avec la position officielle des Etats-Unis. « Nous ne soutenons pas l’indépendance », a déclaré de son côté le président américain, Joe Biden, à la presse en sortant de la Maison Blanche. Les Etats-Unis ne reconnaissent pas Taïwan comme un Etat et considèrent la République populaire de Chine comme seul gouvernement légitime, mais apportent néanmoins à l’île une aide militaire importante. L’UE préoccupée par les « tensions croissantes » Samedi, à l’annonce des résultats, l’Union européenne (UE) a, elle, « salué » la tenue des élections présidentielle et législatives à Taïwan et « félicité » dans un communiqué « tous les électeurs ayant participé à cet exercice démocratique », sans mentionner le président élu. « L’UE reste préoccupée par les tensions croissantes dans le détroit de Taïwan et s’oppose à toute tentative unilatérale visant à modifier le statu quo », précise le communiqué du porte-parole du chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell. La Russie a rappelé de son côté qu’elle considère que Taïwan fait partie de la Chine, réaffirmant « l’invariabilité de sa position de principe sur la question », selon une déclaration de la porte-parole du ministère des affaires étrangères russe, Maria Zakharova, citée par l’agence russe TASS. En France, Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale, a adressé dimanche ses félicitations à Lai Ching-Te : « Tous mes vœux de succès à la démocratie taïwanaise et à ses électeurs, nombreux à se rendre aux urnes. Plus que jamais, nous devons continuer à travailler ensemble pour défendre le droit et la paix dans le détroit », a-t-elle écrit sur X. Un conflit dans le détroit de Taïwan serait désastreux pour l’économie mondiale : l’île fournit 70 % des semi-conducteurs de la planète et plus de 50 % des conteneurs transportés dans le monde transitent par le détroit. Le Monde avec AFP



Source link

You may also like

à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » - à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » * à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » | à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » | à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » | à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » | | à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » | | à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine » |

news7.asia à peine élu président, Lai Ching-te s’engage à protéger l’île « des menaces et intimidations de la Chine »