Home News A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile

A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile

by News7
A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile



Le président chinois, Xi Jinping, et le premier ministre, Li Qiang, recevront à Pékin, le 7 décembre, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le président du Conseil européen, Charles Michel, pour un nouveau sommet Chine-Union européenne (UE). En avril 2022, le précédent sommet, qui s’était tenu par visioconférence, avait été qualifié de « dialogue de sourds » par Josep Borrell, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères. Lire aussi l’éditorial (2022) : Guerre en Ukraine : entre la Chine et l’UE, le sommet du désaccord En sera-t-il de même cette fois-ci ? Malgré la récente embellie du climat entre Pékin et Washington, la situation s’est plutôt dégradée. La guerre se poursuit en Ukraine et, loin de faire pression sur Moscou, la Chine semble contourner les sanctions. En visite à Pékin, le 24 novembre, Catherine Colonna, la ministre des affaires étrangères française, s’était inquiétée du soutien implicite de la Chine aux livraisons d’armes de la Corée du Nord à Moscou. La visite, lundi 4 décembre, du président biélorusse, Alexandre Loukachenko, à Pékin n’est pas de nature à rassurer les Européens. Selon le South China Morning Post, quotidien de Hongkong, les dirigeants européens pourraient donner à Xi Jinping une liste de treize entreprises chinoises ne respectant pas les sanctions occidentales. Si Pékin ne fait rien, ces entreprises pourraient être ajoutées à la liste des sanctions européennes contre les entités qui aident Moscou. En 2019, l’UE avait qualifié la Chine de « partenaire, concurrent et rival systémique ». C’est bien ce dernier point qui risque de dominer les débats. La Chine dénonce le « protectionnisme vert » Malgré tout, la Chine a récemment fait quelques gestes à l’égard de l’UE. Depuis le 1er décembre, Allemands, Français, Néerlandais, Italiens et Espagnols n’ont plus besoin de visa pour se rendre en Chine moins de quinze jours. Ces cinq pays sont ceux avec lesquels Pékin a le plus de liens commerciaux en Europe. Par ailleurs, selon les autorités lituaniennes, la Chine a levé les sanctions imposées à Vilnius en novembre 2021 à la suite du rapprochement de ce pays balte avec Taïwan. De son côté, ByteDance, la maison mère du réseau social chinois TikTok, a annoncé, vendredi 1er décembre, vouloir investir dans la décennie qui vient 12 milliards d’euros en Europe (Irlande et Norvège) pour y stocker les données de ses clients européens, en réponse aux inquiétudes de l’UE au sujet de leurs transferts. C’est que Pékin, lors du sommet, devrait mettre l’accent sur les relations économiques. Après avoir dénoncé le « de-risking » (« atténuation des risques »), un concept présenté par Mme von der Leyen en mars et que Pékin assimile au « decoupling » américain, les autorités chinoises dénoncent le « protectionnisme vert » de l’Europe. Symbole le plus évident à leurs yeux : l’ouverture par Bruxelles d’une enquête sur les véhicules électriques chinois accusés d’être compétitifs grâce à des subventions faussant la concurrence. Il vous reste 30% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like

A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile - A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile * A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile | A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile | A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile | A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile | | A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile | | A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile |

news7.asia A Pékin, le sommet Chine-Union européenne s’annonce difficile