Home News Des Indiens recrutés à leur insu dans l’armée russe

Des Indiens recrutés à leur insu dans l’armée russe

by News7
Des Indiens recrutés à leur insu dans l’armée russe



Mohammed Imran montre une photo de son frère, Mohammed Asfan, enrôlé contre son gré dans l’armée russe. Hyderabad, le 22 février 2024. NOAH SEELAM / AFP Lorsque sa femme a donné naissance à un garçon en décembre 2023, Aazad Yousuf Kumar s’est promis de trouver un bon emploi, meilleur que celui de son père, ouvrier pauvre du Cachemire. Désespérant de travailler en Inde, l’homme de 31 ans avait contacté, à la fin de l’année, Baba Vlogs, une société de conseil en matière d’emploi basée à Dubaï. Aazad a quitté son domicile de Poshwan, dans le district de Pulwama, pour Dubaï, le 14 décembre 2023, quelques jours à peine après l’accouchement de sa femme. Ce diplômé en sciences avait vu sur YouTube une vidéo promotionnelle de Baba Vlogs proposant des emplois à Dubaï à des candidats comme lui. Sajad Ahmad Kumar, son frère aîné, contacté par Le Monde, assure qu’Aazad s’était vu offrir un emploi d’assistant dans un hôtel. « Nous avons perdu le contact avec lui pendant un certain temps. Lorsqu’il a finalement téléphoné au bout d’une vingtaine de jours, il a raconté qu’il avait été dupé et emmené dans un lieu inconnu en Russie, où il avait reçu un entraînement au maniement des armes pendant quinze jours, en compagnie d’une douzaine d’autres Indiens », a confié Sajad Ahmad Kumar. Pendant sa période d’entraînement, Aazad Yousuf Kumar s’est blessé au pied et a été hospitalisé durant une vingtaine de jours. « Une fois sa blessure guérie, relate son frère, il a été déployé près de la ligne de front avec l’armée russe. Je lui ai parlé le 26 décembre. Il pleurait sans cesse. Il m’a dit qu’il voulait rentrer à la maison. » « Mon fils ne comprend pas le russe » La mère du jeune trentenaire, Raja Bano, une femme au foyer, assure que son fils était heureux d’avoir décroché un emploi à Dubaï. « J’ai appris qu’il se trouvait à la frontière entre la Russie et l’Ukraine, dans une situation hostile. Il m’a dit qu’il était coincé et qu’il n’y avait aucun moyen pour lui de rentrer à la maison », explique-t-elle entre deux sanglots. Son fils aurait été enfermé dans une pièce par des Russes pendant plusieurs jours après qu’il eut refusé de s’engager dans l’armée. Selon son père, Mohammad Yousuf Kumar, les Russes lui auraient confisqué son téléphone portable et ceux d’une douzaine d’Indiens qui l’accompagnaient lorsqu’ils ont atterri à Moscou en janvier. « On leur a demandé de signer des documents rédigés en russe. Les Russes ont menacé de les tuer s’ils ne signaient pas. Mon fils ne comprend pas le russe. Comment aurait-il pu savoir ce qui était écrit sur le papier ? », s’emporte-t-il. Lire aussi (en 2023) : Article réservé à nos abonnés A Moscou, la chasse aux migrants pour garnir les rangs de l’armée Ajouter à vos sélections Aazad Yousuf Kumar fait partie d’un groupe d’Indiens envoyés contre leur gré pour combattre contre l’Ukraine aux côtés de l’armée russe. L’information a été révélée par le quotidien The Hindu, le 20 février, et confirmée, après plusieurs jours de silence, par le ministère des affaires étrangères. Une vingtaine d’Indiens, des agriculteurs, ouvriers, étudiants, chômeurs, originaires du Gujarat, de l’Uttar Pradesh, du Pendjab et du Cachemire, appâtés par des emplois bien rémunérés, seraient ainsi bloqués depuis novembre 2023 dans les régions de Kharkiv, Marioupol, Rostov et Donetsk, le long de la frontière entre la Russie et l’Ukraine. Un Indien gujarati de 23 ans aurait été tué, victime d’un tir de missile. Il vous reste 42.57% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

You may also like