Home News La Chine clôt dans l’inquiétude sa session annuelle parlementaire

La Chine clôt dans l’inquiétude sa session annuelle parlementaire

by News7
La Chine clôt dans l’inquiétude sa session annuelle parlementaire



La session parlementaire chinoise 2024 ne restera certainement pas dans les annales. Les 3 000 parlementaires venus des quatre coins du pays pendant une semaine ont clôturé lundi 11 mars une semaine de « débats » sur des décisions déjà approuvées par le Parti communiste. Réunis lundi à huis clos pour d’ultimes délibérations, ils ont formellement voté plusieurs projets de loi lors de la session de clôture. Dont un très important qui confirme, s’il en était encore besoin, l’emprise croissante du Parti communiste sur le gouvernement.Le parti dirige toutLes autorités ont annoncé, à la surprise générale, que la conférence de presse du premier ministre, événement incontournable organisé à la fin de chaque session parlementaire depuis les années 1990, n’aurait finalement plus lieu. Le rendez-vous, certes très orchestré, était pourtant une occasion pour la presse chinoise et internationale de poser des questions au numéro deux de la hiérarchie communiste, traditionnellement chargé des questions économiques.Xi Jinping omnipotentLes spécialistes sinologues interprètent cette absence comme une nouvelle preuve de l’omnipotence du leader Xi Jinping qui fait toujours plus d’ombre au premier ministre Li Qiang. Le contexte très morose de l’économie chinoise (chômage des jeunes, faillites de consortiums immobiliers, chute des investissements étrangers et baisse des dépenses des ménages) après sa sortie brutale du Covid en décembre 2022 explique également la prudence du pouvoir sur le sujet.Le géant asiatique, qui affichait dans les années 1990-2000 des taux de croissance faramineux à deux chiffres, s’est fixé la semaine dernière à l’ouverture du Parlement un objectif bien plus modeste pour 2024, à « environ 5 % ». Le gouvernement n’a pas caché l’ampleur des défis auxquels la Chine est confrontée. Il a admis que cet objectif de croissance ne serait « pas facile » à atteindre et que des « risques économiques latents » dans certains secteurs continuaient de tirer l’économie vers le bas. Sans toutefois annoncer de plan détaillant les moyens de résoudre les problèmes.Pas de plan précis« La pression globale sur l’emploi n’a pas diminué, et il reste des contradictions structurelles à résoudre », a souligné samedi lors d’une conférence de presse Wang Xiaoping, la ministre des ressources humaines et de la sécurité sociale. « Une partie des travailleurs est confrontée à des défis et à des problèmes en matière d’emploi, et des efforts supplémentaires doivent être déployés pour stabiliser l’emploi », a-t-elle ajouté. Le ministre du logement, Ni Hong, a lui reconnu que stabiliser le marché immobilier demeurait une tâche « encore très difficile ».Au-delà de ces appels, de nombreux analystes économiques disent n’avoir pour l’instant pas encore constaté l’annonce de mesures gouvernementales décisives. « Pour relancer l’économie, il faut augmenter le patrimoine et le revenu des ménages, ce que les dirigeants chinois ne sont manifestement pas encore prêts à faire » pour des raisons notamment de finances publiques, ont commenté dans une note les analystes du cabinet Trivium, basé en Chine.



Source link

You may also like